Les mauvais souvenirs de Cuba

Le touriste est généralement perçu comme une banque mobile avec beaucoup de « dineros », soit des dollars en poche. Ainsi, chaque visiteur est la cible potentielle d’un tas de nouveaux amis qui ne veulent que votre bien (dans un sens ou dans l’autre).

Quelques conseils afin de passer une belle journée sans y laisser votre portefeuille.

Prendre le temps de poser les questions avant !

En quittant les complexes hôteliers, la sollicitation de la part d’une certaine catégorie de cubains (les jineteros) peu devenir dérangeante. D’abord on vous aborde avec une phrase qui semble rituelle : « hello my friend, where do you come from ! ». Dès que vous répondez à cette invitation, vous êtes susceptibles d’y laisser quelques dollars à la suite de cette rencontre. Votre nouvel ami sera prêt à tout pour vous aider dans votre visite de la ville. Évidemment, l’offre la plus classique est celle du cousin qui peut sortir des boites de cigares et les revendre à très bon prix. Généralement, votre guide d’un jour profitera de votre générosité sans ce soucier de votre budget. Assurez-vous, lorsque vous invitez un cubain dans un bar ou au resto, de connaître le prix des aliments où boissons avant de commander. Quelques bars « piège à touriste » n’hésiterons pas à facturer de 2 à 3 fois le prix normal d’un Mojito, par exemple.

À La Havane, tout comme les grandes villes, il existe des quartiers moins sécuritaires pour le touriste. Le secteur du Malecon reçoit la visite de plusieurs cubains havanais tous les soirs et il est préférable de s’y promener qu’en groupe. Le Parque Central ainsi que la rue San Raphael sont également des endroits où les petits vols peuvent être fréquents. Par conséquent, ne transportez que l’argent nécessaire et laisser les objets de valeurs à l’hôtel ou à votre casa.

Comparativement aux petites arnaques quotidiennes, les grandes sont plus rares sur l’île mais ne sont pas totalement absentes. Rapidement, il est possible d’y perdre plusieurs dizaines de CUC tout en étant la victime.

C’est le cas observé dans quelques tiendas Caracol qui font souvent office de points de vente Habanos. Le prix des cigares n’est pas affiché et on facture le tout selon la tête du client. N’hésitez à comparer les prix dans les différentes boutiques si possible. Et exiger une facture.

Consulter le site de YUL Cigar pour avoir une idée des prix pour les grandes marques de cigares cubains.

YUL Cigar : Consulter une liste « maison » datant de 2012

// CUBANARQUES, ARNACUBAINES Comment se faire baiser 15 fois sans jouir. http://www.particuba.net/commentaires/cubarnaq (...)

18 mai 2008


Ajouter un message

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?